Résumé de nos convictions

La Bible
Les sacrements
Le baptême
La communion
L’inclusivité
Les enfants
Le mariage
Les relations interreligieuses
La justice sociale

La Bible

La Bible est au cœur de l’Église Unie du Canada. En tant que source de sagesse, de prière individuelle et de dévotion, nous croyons qu’elle peut nous rapprocher de Dieu. La Bible reste un des meilleurs moyens par lequel nous pouvons vivre dans le monde l’expérience constante de l’œuvre de création et de libération de Dieu qui nous offre le pardon, la guérison et une nouvelle vie en Jésus.

Nous qualifions souvent certains passages de la Bible de « Parole de Dieu ». Cette appellation signifie que l’auteur était inspiré par Dieu.
Nous savons aussi que les différents livres qui composent la Bible racontent l’histoire de deux anciennes communautés, l’ancien Israël et le mouvement chrétien primitif, qui s’efforçaient d’être fidèles à Dieu dans des circonstances difficiles. Certaines expériences décrites ne sont pas en accord avec le monde d’aujourd’hui. Par exemple, nous ne tolérons plus l’esclavage ou nous ne lapidons plus les personnes qui ont commis l’adultère.

Il n’en reste pas moins qu’avec ses histoires et ses enseignements, la Bible a le mystérieux pouvoir de guider nos vies.

Les sacrements

Un sacrement est un acte sacré, un rituel de notre foi. Le baptême et la communion sont les deux sacrements de l’Église Unie et ils sont d’une grande importance pour notre foi.

Haut de la page

Le baptême

Le baptême est l’action symbolique qui souligne la nouvelle vie que Dieu nous donne au moment de joindre la communauté de l’Église.

L’eau utilisée au moment du baptême est symbole de purification. Elle signale l’entrée dans une nouvelle vie au sein de la famille de l’Église. Le sacrement du baptême représente le seul rite d’initiation dans la communauté chrétienne, l’Église.

L’Église Unie offre le baptême aux personnes de tous les âges. Nous croyons que le don de l’amour de Dieu ne dépend pas de notre capacité à le comprendre, c’est pourquoi nous baptisons sans distinction les bébés tout comme les adultes.

Pour les enfants, les parents ou les parrain et marraine reçoivent de l’information pour veiller à leur éducation chrétienne. Au cours de la cérémonie, toutes les personnes de la paroisse s’engagent à accompagner l’enfant et ses parents.

Le baptême n’est pas nécessaire pour recevoir l’amour de Dieu. Nous croyons qu’une personne qui meurt sans avoir été baptisée n’est en aucune façon condamnée, perdue ou damnée.

Le baptême au sein de l’Église Unie est reconnu par toutes les confessions de l’Église chrétienne qui pratiquent le baptême des jeunes enfants. De la même façon, si des personnes ont déjà été baptisées dans une autre Église, l’Église Unie reconnaîtra leur baptême et les accueillera comme chrétiens ou chrétiennes.

Haut de la page

La communion

La communion est un repas symbolique ouvert à toute personne. Elle rappelle le dernier repas que Jésus a pris avec ses disciples et est un signe de l’amour immuable de Dieu.

Haut de la page

L’inclusivité

Jésus accueillait tout le monde sans distinction, peu importe qu’une personne fût pauvre, riche ou tout juste capable de s’en sortir, autodidacte ou instruite, populaire ou solitaire, confiante ou anxieuse.

L’Église Unie du Canada est fière d’accueillir toute personne de la même façon que Jésus le faisait, c’est-à-dire sans distinction d’âge, de race, de classe sociale, de sexe, d’orientation sexuelle ou d’état physique.

Haut de la page

Les enfants

L’Église s’efforce vraiment de faire une place aux personnes de tous les âges, des grands-parents aux nouveau-nés. Les enfants ne sont pas perçus comme des adultes en devenir et ils ne sont pas là non plus pour amuser les adultes. Au sein de chaque paroisse, ils sont accueillis et considérés comme des participants à part entière. Ils apportent des idées et démontrent leur talent unique, ce qui peut inspirer toute l’Église.

Haut de la page

Le mariage

Nous considérons chaque personne comme étant un être unique, c’est-à-dire une créature aimée de Dieu. Nous percevons aussi les relations comme quelque chose de vivant qui nécessite soins et entretien.

Notre communauté est vaste et ouverte. L’Église Unie célèbre le mariage
• des personnes divorcées
• et des couples de différentes religions.

Nous croyons que Dieu aspire à ce qu’une relation amoureuse soit fidèle, responsable et juste, et qu’elle apporte réconfort et soutien au couple et aux gens qui l’entoure. Ces relations peuvent être entre un homme et une femme, ou entre personnes de même sexe.

Haut de la page

Les relations interreligieuses

L’Église Unie du Canada considère avec respect et gratitude la pratique religieuse de toute personne de bonne volonté. Nous croyons que l’Esprit de Dieu est à l’œuvre dans de nombreuses communautés de foi différentes.

Pour les chrétiens et chrétiennes, Jésus est le moyen par lequel nous connaissons Dieu. Notre compréhension reste cependant limitée par l’imagination humaine. Dieu est plus grand encore et travaille dans notre monde grâce à un Esprit mystérieux qui ne fait aucune distinction entre l’entrée d’une chapelle chrétienne, d’un temple bouddhiste, hindou ou sikh, d’une suerie autochtone, d’une mosquée ou d’une synagogue.

Quand c’est possible, nous travaillons conjointement avec d’autres Églises chrétiennes et des gens de diverses religions au Canada et ailleurs dans le monde en ce qui a trait aux questions de justice, de paix et de dignité humaine.

De nos jours, la différence est partout autour de nous et nous pensons qu’elle représente une bonne raison de célébrer.

Haut de la page

La justice sociale

La notion d’entraide envers son prochain était au cœur de l’enseignement de Jésus : nourrir qui a faim, abreuver qui a soif, offrir un toit au sans-abri, vêtir le démuni, s’occuper du malade et visiter le prisonnier.

Nous croyons que nous nous donnons mutuellement de la force à travailler, par la grâce de Dieu, pour un monde meilleur. À cette fin, nous collaborons avec d’autres Églises, d’autres traditions de foi et personnes de bonne volonté afin d’éliminer la pauvreté et de protéger les personnes qui sont le plus vulnérables.

En Afrique, en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes, l’Église Unie collabore avec 143 Églises et organisations partenaires en les aidant dans le travail qu’elles perçoivent comme essentiel à leur bien-être. Cela nous permet de nourrir des personnes qui ont faim, qui sont malades ou sans-abri que nous ne pourrions pas rejoindre normalement.

Haut de la page